Bannière
Bannière

Bénin: Le tourisme intérieur, l’autre défi à relever par TALON

Bénin: Le tourisme intérieur, l’autre défi à relever par TALON

On le sait déjà. TALON veut faire du tourisme un instrument de rayonnement du Bénin au plan international. Cette volonté, il l’a clairement affichée depuis l’exil. De retour au pays, l’homme est resté constant. La détermination y est, la volonté aussi.

Quelques signaux de cette détermination et de cette volonté. Création le 18 Mai 2016 d’une Agence présidentielle pour promouvoir les patrimoines et le développement du tourisme, augmentation vertigineuse du budget du Ministère en charge du tourisme, l’exemption du visa aux Africains désireux de se rendre au Bénin etc. Il faut souhaiter qu’il n’ait point de jalousie entre le Ministère de la culture et l’Agence que dirige le téméraire José PLIYA, cela ne servirait à rien sauf à compromettre la vision de TALON. Le travail à l’unisson est vivement recommandé. Les réglages préalables à opérer avant de parvenir à l’ambition du Chef de l’Etat sont immenses. La synergie des cerveaux est souhaitable. Nous nous connaissons: fréquemment, des institutions de la République se livrent des batailles, juste pour des intérêts personnels et égoïstes. La Rupture hélas ne pourra pas corriger de si tôt ce mal profondément ancré en nous.

 Passé cet avertissement, parlons du tourisme intérieur encore appelé tourisme national. De tout temps, le tourisme national a été le parent pauvre du tourisme et on en parle qu’en cas de crise du tourisme international. TALON ne doit pas tomber dans ce piège. En tant que rempart de la saisonnalité du tourisme international, le tourisme national constitue un vivier important au développement économique. C’est à la fois une demande à potentiel certain et une alternative dans une situation de régression de la fréquentation touristique internationale. Les statistiques de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) sont saisissantes: les flux touristiques nationaux sont 10 fois plus importants que les flux internationaux. Lorsqu’on sait que les perspectives des flux internationaux pour 2030 atteindront plus d’un milliard huit cent millions, c’est donc dix-huit milliards de déplacements touristiques nationaux qu’on espère en 2030.

Dans le Programme d’Action du Gouvernement (PAG), il est prévu la réalisation de sept projets touristiques phares dans environ Cinq communes du Bénin: Ouidah, Porto Novo, Abomey, Grand Popo, Abomey-Calavi, Tanguiéta. Il n’y a pas de doute, la réalisation effective de l’ensemble de ces projets améliorera la qualité des infrastructures et des services touristiques d’une part, et d’autre part la capacité d’accueil du Bénin. La question se pose alors de savoir si l’ancrage nécessaire entre l’Etat central et l’ensemble de ces communes pour faciliter la mise en œuvre de ces projets sera possible suite au tsunami des destitutions et surtout le contexte politique actuel. Nous avons tous encore en mémoire l’attitude de certains maires lors des opérations de libération des espaces publics.

Deuxième défi, c’est la sociologie de nous autres Béninois. Nous n’avons pas l’habitude du tourisme et surtout, ne nous demandez pas de fréquenter les restaurants ou de passer la nuit dans des hôtels lors de nos multiples déplacements pendant les cérémonies funéraires. Nous avons l’habitude de préférer rentrer malgré la fatigue et notre état d’ébriété avancée, la suite on la connaît tous. Donc si TALON veut booster le tourisme intérieur, il devra déclencher très tôt un travail de toilettage des cerveaux en s’appuyant sur trois facteurs principaux: la motivation, le temps et l’argent.  Ces trois facteurs sont les plus importants dans toute démarche de promotion du tourisme intérieur. Il faut commencer ici et maintenant le boulot en donnant l’exemple. Que des conseils de ministres se tiennent aussi à l’intérieur du pays. Cotonou en a déjà assez abrité.  Des conseils de ministres tournants, voilà une géniale stratégie pour donner envie aux Béninois de visiter d’autres localités du Bénin. L’autorité découvrira aussi les conditions de délabrement avancé dans lesquels se trouvent les patrimoines touristiques du Bénin. L’exemple parle beaucoup plus que la parole.

Troisième défi, rassurer les autorités communales des localités bénéficiaires des projets phares et les associer franchement en amont et en aval. La clef, c’est le dialogue. C’est aussi l’écoute et la valorisation des compétences locales. Ce serait périlleux de parachuter les décisions dans ces communes depuis les bureaux climatisés et huppés de la présidence de la République. Il faut préparer les populations de ces communes et en faire des partenaires. Mettre surtout l’accent sur les retombées économiques des projets sur la Commune.

Quatrième défi, travailler les trois principaux facteurs de promotion du tourisme: motivation à voyager, le temps et l’argent. La motivation d’un voyage touristique est complexe car liée à une série de facteurs internes et externes. D’où l’urgence d’aller à la rencontre des Béninois pour sonder ces facteurs.  Le temps, second facteur de promotion du tourisme existe puisqu’au Bénin, le droit au congé payé existe aussi bien pour les fonctionnaires de l’Etat que ceux travaillant dans le privé. Il faut donc éduquer nos compatriotes à changer d’air et d’aller à la découverte de nos autres compatriotes. L’argent, dernier facteur fera défaut. Le Béninois préfère investir prioritairement dans le béton, vivre chez lui, est plus qu’une obsession. Et pour ça, il économise tout et sur tout. Alors, il faudra penser à une politique incitative. Dans un pays comme le Bénin, terre du Vaudou, qu’un Président décide de faire du tourisme un facteur de développement, c’est une décision salutaire historique. Maintenant, entre la volonté et la réalité, il y a du chemin. Ici, c’est le Bénin.

 

Paulin VISSOH, Doctorant en Droit Economique, Spécialiste de l’Economie touristique.

Contributeur  Le Grand Angle

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.