Bannière
Bannière

Chronique : Halte aux forfaits nocturnes gratuits !

Chronique : Halte aux forfaits nocturnes gratuits !

Le développement de la technologie dans le domaine de la communication a sans doute révolutionné notre vie contemporaine. La téléphonie mobile a assiégé tous les secteurs de la socio-économique y compris celui de l’éducation et de la formation de la jeune génération. Elle constitue un acteur pivot pouvant, potentiellement, améliorer autant la qualité la formation que la gouvernance du secteur éducatif. Le téléphone mobile  offre à l’apprenant d’aujourd’hui une facilité d’accès à l’immense réservoir de connaissance qu’est l’internet où il pourra se ressourcer, s’améliorer, échanger, bref se former pleinement. Mais dans un contexte de libéralisme économique où les différents opérateurs rivalisent d’offres concurrentes pour gagner et maintenir  la plus large part du marché, nos élèves et étudiants essuient des balles perdues dont il convient de se préoccuper désormais. Point n’est besoin d’évoquer la flopée de forfaits de communication dont les opérateurs de téléphonie mobile nous gavent chaque jour, par des opérations de séduction taillées à la taille de la couche de  la clientèle ciblée. On en voit de toutes les formes  et de toutes les circonstances. Seul le forfait de communication « spécial décès » manque peut-être encore à l’appel.  De toutes ces offres, il y en a une qui  est particulièrement ravageuse pour la jeunesse apprenante : il s’agit des forfaits gratuits de communication nocturne qui prennent effet, sous certaines conditions, à partir de 23H59  et s’achèvent à l’aube. Il s’agit généralement de forfait de communication téléphonique ou de connexion internet gratuite qui livre nos jeunes élèves et étudiants à l’addiction sans limite. Résultat, nos enfants pour la plupart entrent en clandestinité chaque soir et se tapent un régime de gardien de nuit avec toutes les conséquences imaginables. A l’école et autres lieux d’apprentissage, ils sont toute la journée dans un état d’ébriété mentale qui leur retire momentanément la faculté de capter le fil de la connaissance distillée par l’enseignant.

Il y a quelques mois, nous avions versé, comme d’habitude, des larmes de crocodiles hypocrites sur les résultats catastrophiques enregistrés  aux divers examens sans pour autant chercher à trouver des solutions idoines aux causes de l’échec scolaire notamment celles qui sortent du cadre scolaire. Il n’y a pas de raison que ces forfaits gratuits ne soient, pour une large part, responsables de ces échecs scolaires massifs.

En effet un peu moins de 80% des apprenants  disent ne pouvoir bouder les offres gratuites de communication nocturne notamment pour ce qui concerne l’internet.

Nous sommes ici en face d’un cas de facteur externe qui compresse considérablement le temps scolaire des apprenants et donc nécessite une réponse appropriée et immédiate. Il est vrai qu’il faut préserver les principes du libre marché mais ici, il s’agit de faire un choix radical qui engage l’avenir des apprenants. Je ne trouve qu’une seule solution : SUPPRIMER LES FORFAITS GRATUITS DE COMMUNICATION NOCTURNE DES RESEAUX GSM !

Cette thérapie, bien que douloureuse à maints égards, s’impose à nous car elle  permettra de restaurer la sérénité mentale  de nos apprenants  et leur donnera la possibilité de jouir d’un temps d’apprentissage, notamment en ces périodes de préparation des examens de fin d’année scolaire. Le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication  et ses collègues en charge des divers ordres d’enseignement devront se battre pour arracher les cornes de ce taureau qui tend à dévaster les jeunes plants du champ en fertilisation de notre école. L’option contraire ne sera que celle du suicide !

Gérard Guedegbe

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.