Bannière
Bannière

Opinion: Rosine ou la rose et ses épines

Opinion: Rosine ou la rose et ses épines

Maman a encore frappé !
Le moment historique que le peuple béninois a vécu avec tout son haut-le-cœur ce mardi 4 Avril ne saurait figurer dans nos annales sans faire mention des épines de notre rose nationale. Comme pour dire, vous aimez sentir la rose? Eh bien laissez-vous piquer par ses épines!
Comment ne pas rendre un hommage mérité à celle qui énonce fort ce qui se trame dans les coulisses des noctambules politiques? Celle qui a tôt compris que le politiquement correct ne résoudra pas le mal profond des sociétés en perte d’éthique, mérite notre admiration.

Même si ses détracteurs ont tôt fait de vouloir réduire son haut fait d’arme à son propre aveu, de telles allégations si graves ne sauraient se limiter à leur énoncé.
Si nos institutions se respectent, si nos gouvernants ont de l’amour propre, alors ils devraient s’auto saisir en déclenchant une véritable procédure d’enquête sur ces faits d’achat de conscience de députés évoqués par la doyenne d’âge en pleine session parlementaire et qui sont punissables par nos lois. J’avais déjà pour mon humble part, pendant la période de la présidentielle de mars 2016, dénoncé et exprimé mon indignation face à « l’achat » massif d’Hommes politiques par des candidats en vue d’asseoir leur base électorale.

Au demeurant, il nous appartient, nous les citoyens, d’exiger ensemble que la lumière jaillisse enfin de telles accusations afin d’établir leur caractère fondé ou non. Exigeons que nos institutions compétentes connaissent de ces allégations. Car la présente opportunité ne se produit pas tous les jours. Saisissons-la! Il ne s’agit pas d’une simple rumeur mais nous sommes en présence d’une dénonciation émanant d’un acteur politique -non des moindres- la doyenne d’âge de l’Assemblée Nationale, fondatrice et ancienne présidente d’un parti politique toujours représenté au parlement depuis sa création en 1992.

Cette grande dame que j’adule en privé, à qui je ne manque pas de dire mon admiration chaque fois que je prends plaisir à la voir, reste incontestablement une inspiration pour plusieurs générations de femmes.
Je n’attendrai pas ce jour – que j’espère lointain – où il plaira au Créateur de lui faire appel, pour lui rendre cet hommage. Reconnaissons de leur vivant le courage de celles et ceux qui contribuent sans désemparer à notre salut commun, nonobstant les écueils de la vie. De toute évidence, fidèle à elle-même, même de l’au-delà, maman n’aura que cure d’oraisons hypocrites, de sermons dithyrambiques de gens qui ici bas l’invectivaient ou la parodiaient.

Raillez-la, moquez-la, Rosine restera une belle rose dont les épines seront toujours prêtes à jouer le rôle auquel elles ont été destinées. Parce que souvent l’habite une clairvoyance que nos paires d’yeux bien fonctionnels ne nous permettent pas d’égaler ! <<Le Monde politique est peuplé d’individus qui voudraient être aimés mais qui ne parviennent pas à s’aimer eux-mêmes.>> (Marc Dugain). D’ailleurs comment s’aimer lorsqu’on inspire dégoût à ses mandants? Maman Rosine, quant à elle, s’aime, et moi je l’aime ainsi… J’aime cette femme qu’aucune épreuve n’ébranle, cette infatigable guerrière dont les printemps n’émoussent guère l’ardeur
Reckya Madougou

Expert International en Finance Inclusive et en Développement. Ambassadeur Unitlife/ONU pr l’Afrique

Ex-Garde des Sceaux, Ministre de la Justice , de la Législation et des Droits de l’Homme, Porte-Parole du Gouvernement du Bénin

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.