Bannière
Bannière

Bénin / Politique : Les frondeurs n’ont qu’un seul choix : soumission à Léhady ou démission dixit Rosine SOGLO

Bénin / Politique : Les frondeurs n’ont qu’un seul choix : soumission à Léhady ou démission dixit Rosine SOGLO

La présidente fondatrice de la Renaissance du Bénin est enfin sortie de son mutisme par rapport à la crise qui secoue le bureau politique du parti. C’était ce lundi 29 mai 2017 à travers une conférence de presse qu’elle a donnée au siège du parti à Kouhounou à Cotonou

 

Comme pour siffler la fin de la récréation, elle a clamé haut et fort : « Léhady Vinagnon Mitoun SOGLO continue d’être le président de la Renaissance du Bénin. C’est ce que disent nos textes. Si quelqu’un n’est pas d’accord, qu’il aille créer son propre parti », a –t-elle déclaré avec toute la fermeté, la conviction et l’éloquence qu’on lui connait. Fustigeant le comportement malsain des putschistes qu’elle accuse de manquer de respect et de considération aux anciens du parti notamment au président d’honneur Nicéphore D. SOGLO, l’ancienne présidente de la Renaissance du Bénin n’est pas allé du dos de la cuillère pour leur dire ses quatre vérités.  

 

« Nous ne sommes pas à la cour du Roi Petto.  Nous irons au congrès. A vous de décider du temps. Si au congrès, la majorité pense que Léhady Vinagnon SOGLO ne sera plus président, on en prendra acte.

 

Pour elle, quand quelque chose ne va pas dans une famille, on vient voir les sages, on s’assoit et on discute.  Elle a invité tous les militants et sympathisants de la Renaissance du Bénin à la sérénité et au calme. Répondant aux questions des journalistes sur la crise, la doyenne d’âge de l’Assemblée nationale rassure en ces termes : « Moi, je ne pense pas que ma maison est lézardée ». Parlant des frondeurs, elle déclare : « En principe, ils devraient venir me voir. Mais ils ont pensé me donner des ordres ».  Par rapport à ceux qui agitent qu’il faut que le président Nicéphore SOGLO prenne la tête du parti, la conférencière répond : « Même s’ils voulaient cela, ils devraient venir voir Papa pour demander.., », a-t-elle déclaré avant de poursuivre : « C’est un congrès qui peut le démettre. Sachez que même dans la savane, les parents n’abandonnent jamais leurs enfants ».

Répondant à la question selon laquelle une main invisible serait en- dessous de la crise que traverse actuellement la Renaissance du Bénin, l’honorable Rosine SOGLO s’est voulu plutôt allégorique en parlant en ces termes : « Je vous ai dit qu’il y a le fumier du diable ».  A noter que cette conférence de presse qui a pris l’allure d’un meeting politique a connu la présence massive des membres du bureau politique de la RB, des élus locaux et municipaux, sans oublier les militants et sympathisants venus réaffirmer leurs engagements et leurs déterminations à sortir victorieux de cette épreuve de croissance. Slogans et chants favorables aux houézèhouè ont marqué cette activité. 

 

Franck Zingbè

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.