Bannière
Bannière

Bénin : Revue de presse du 22 au 26 mai 2017

Bénin : Revue de presse du 22 au 26 mai 2017

Entre autres faits qui ont marqué l’actualité, il y a la réaction de l’ancien ministre de l’Économie, Komi Koutché au sujet du verdict du non-lieu accordé à propos de l’affaire du PPEA II dans laquelle la personne de Barthélémy Kassa est citée, et la crise au sein du parti La Renaissance du Bénin (RB).  Voilà pour les faits principaux de cette revue que nous avons essayé de rappeler dans cette revue hebdomaire.

 

Remue-ménage dans la grande famille politique de la Renaissance du Bénin. Et c’est à se demander si les partisans ne sont pas entrain de vouloir s’affranchir de ce qui s’apparente à l’hégémonie des Soglo. Car il y a quelques années encore, c’était la fondatrice, en la personne de Rosine Vieira Soglo qui avait failli subir le sort qui est présentement celui de son fils Lehady. Nicéphore Soglo condamne l’exclusion de son fils de la RB, titrait 24 heures au Bénin. La destitution a eu lieu lors du congrès du parti entre le 19 et le 21 mai dernier. « Ils prétendent en notre absence nous convoquer pour nous dire ce qu’ils décident. Personne ! Tant que je serai en vie, personne ne peut prendre la Renaissance du Bénin. Je jure devant Dieu, les hommes et devant les mânes de nos ancêtres », a fait entendre Nicéphore Soglo.

 

Il y a quelques jours le président de la République du Bénin, Patrice Talon était en visite en Inde  dans le cadre de la 52 ème assemblée générale du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD). Interviewé à cette occasion sur son projet de révision de la constitution, il a laissé entendre qu’il comptait bien y revenir. Patrice Talon interviewé en Inde : « J’attends d’avoir des conditions plus indiquées pour reprendre la bataille de la révision », titrait l’évènement précis à ce sujet. Le journal a fait paraitre l’entretien complet de Patrice Talon.

 

D’une interview à une autre, c’est Komi Koutché qui, du côté de RFI veut se départir du verdict de non-lieu de l’affaire du PPEA II qui a eu cours sous son mandat ministériel. Interrogé par Rfi sur l’affaire Ppea-II : Komi Koutché dégage sa responsabilité peut-on lire à la une de Matin Libre. « Maintenant, pourquoi l’avis du bailleur n’a pas été requis ? Ça, c’est au ministère sectoriel qu’il faut aller poser la question. Mais puisque c’est devenu une affaire du gouvernement, nous avions, à partir de ce moment-là, commencé par exiger désormais que toute réallocation de ligne de crédit portant sur des ressources externes, extérieures soit accompagnée de l’avis de non-objection du bailleur. Ce qui n’était pas le cas avant l’affaire du Ppea. », ce sont là des propos de l’ancien ministre Komi Kouchté que l’on peut lire dans les pages du quotidien.

 

Mais c’est 24 heures au Bénin qui relance les joutes de cette affaire dans la presse en faisant remarquer que Les Organisations de la Société Civile demandent au gouvernement d’interjeter appel. Sans grande surprise donc, la société civile ne partage pas du tout le fondement de cette décision. A ce propos, l’organisation a fait publier une déclaration dans laquelle elle rappelle l’historique de cette affaire tumultueuse, avant de dire ce qu’elle souhaite que le gouvernement fasse dans ce cadre : « Nous demandons au Gouvernement, en l’occurrence le Garde des sceaux de donner des instructions au Procureur Général près la cour d’Appel de Cotonou, au nom de l’intérêt public et de l’ordre public, d’interjeter le plus tôt possible appel conformément à l’article 200 de la loi n° 2012-15 portant code de procédure pénale en République du Bénin contre l’ordonnance du 15 mai 2017 du juge d’Instruction Rodolphe Yaovi AZO relativement au dossier CAB2/2015/00011, COTO/2015/RP/01955 ».

 

DCC 17-101 du 11 mai 2017 : La Cour déboute le collectif des directeurs d’écoles primaires déchargés en 2016, affichait Fraternité.  Le collectif des enseignants en question avait été déchargé de leur fonction par le ministre des Enseignements Maternelles et primaires suite aux résultats catastrophiques de leurs établissements. Le Directeur de cabinet du ministre avait donné les explications suivantes au moment des faits, affirme le quotidien « « Lorsque le directeur d’école, après examen, obtient un résultat non satisfaisant sur une période de trois ans, il est déchargé. A côté de cela, lorsque le directeur est incompétent, autrement dit, lorsque le directeur d’école obtient zéro pour cent (00%), il est également déchargé ». Décision que la cour constitutionnelle a renforcée.

 

Renouvellement du bureau exécutif de la Fébécy: Encore un duel entre Dagba et Hazoumè, écrivait le quotidien le Matinal. Deux éternels challengers une fois de plus vont s’affronter pour le poste de président de la Fédération Béninoise du Cyclisme. Le président sortant, Rhétice Dagba pourait bien se faire reconduire à ce poste qu’il occupe depuis 2002. La liste des candidats aux différents postes valables a été publiée par le journal. C’est ici que prend fin la revue de presse de cette semaine. Prenez rendez-vous pour le vendredi prochain.

 

Bonheur Koyidé

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.