Bannière
Bannière

Suisse : 3000 spectateurs conquis par ‘’Reine Pokou’’ à Montreux

Suisse : 3000 spectateurs conquis par ‘’Reine Pokou’’ à Montreux

300 musiciens et choristes, 3000 spectateurs émerveillés, un cocktail chaloupé de jazz, de musique africaine et classique, tous les ingrédients étaient réunis ce vendredi 5 mai pour faire de “Reine Pokou”, un spectacle musical inscrit dans le marbre de l’universel.Au final, une standing ovation du public de l’auditorium Stravinski de Montreux, preuve éloquente que les fruits ont bien tenu la promesse des fleurs.

Pari réussi pour Jérôme Berney et Véronique Tadjo

La Reine Pokou en musique ou l’audace concrétisée d’un compositeur et batteur suisse au goût éclectique. L’histoire entre Jérôme Berney et l’écrivaine ivoirienne Véronique Tadjo remonte à quatre années en arrière. Tombé sous le charme de la légende de la Reine Pokou, le musicien suisse prend attache avec l’auteure. Il n’a qu’une seule obsession: concevoir un grand spectacle qui serait l’adaptation musicale de la légende baoulé sur des paroles de l’écrivaine. Captivée par l’originalité du projet, Véronique Tadjo donne son accord de principe, s’appropriant jusqu’au bout l’initiative.

 


Grand prix littéraire d’Afrique noire 2005, l’écrivaine ivoirienne a pleine conscience que la légende baoulé n’appartient plus à la Côte d’Ivoire. Derrière le récit factuel du sacrifice de l’unique fils comme gage de salut de tout un peuple, se profile le questionnement sur l’origine et l’identité des peuples. Mieux, l’histoire de la Reine Pokou fusionne avec une volonté de célébrer le leadership féminin.La 31è édition du Salon du livre de Genève vient parachever une fructueuse collaboration à distance entre Jérôme Berney et Véronique Tadjo.Ensemble, ils vont peaufiner les derniers détails du spectacle musical.La légende peut alors arpenter le chemin de l’universalité.

Un vrai régal musical

 

Pour ce spectacle musical inédit, Jérôme Berney a vu les choses en grand. Trois chœurs de différentes générations (comprises entre 10 et 80 ans) sur une même scène: le Chœur d’Oratorio, le Chœur du Gymnase de Burier, le Chœur LaDo des écoles de La Tour-de-Peilz.A cet aréopage de choristes, le compositeur a ajouté une dizaine de musiciens chevronnés parmi lesquels la contrebassiste Jocelyne Rudasigwa, le batteur Cyril Regamey, les trompettistes Yannick Barman et Ganesh Geymeier. Que dire alors du duo Kala Jula de Samba Diabaté et Vincent Zanetti ? La complicité et la virtuosité des deux musiciens formatés aux sonorités mandingues a été la cerise sur le somptueux gâteau. Une symbiose enivrante des chœurs et des notes entonnant à l’unisson une épopée transculturelle.

Le triomphe de l’auditorium savouré, Jérôme Berney a désormais le regard fixé sur les berges de la lagune Ebrié. Prochain défi,  jouer “Reine Pokou” en terre ivoirienne.

 

Par Fidèle GOULYZIA ( crédit photos Patrick Marmy)

 

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.