Bannière
Bannière

Dossier Bénin Marina Hôtel / l’Etat béninois, le juge se déclare incompétent face à la demande de Rodriguez

Dossier Bénin Marina Hôtel / l’Etat béninois, le juge se déclare incompétent face à la demande de Rodriguez

Le tribunal s’est déclaré incompétent pour statuer le dossier de résolution des contrats de cession ou de gérance du complexe hôtelier Bénin Marina Hôtel, par le gouvernement, à l’issue du Conseil des Ministres du 15 février 2017 dernier. C’est le verdict rendu par la justice suite à la plainte de l’homme d’affaires, Martin Rodriguez qui s’est porté en partie civile pour se faire rétablir dans ses droits. Heureusement, la demande d’un administrateur provisoire pour le Bénin Marina Hôtel ra été rejetée.

 

Le tribunal en se déclarant incompétent pour statuer le dossier de résolution des contrats de cession ou de gérance du complexe hôtelier Bénin Marina Hôtel, approuvé par le gouvernement, lors de sa séance ordinaire du Conseil des Ministres du 15 février 2017 est loin d’être un camouflet pour l’homme d’affaires béninois, Martin Rodriguez, comme certaines langues l’auraient pensé. Même si, le tribunal a également rejeté sa demande de nommer, par lui-même, un administrateur provisoire. De même, la décision rendue par le tribunal des référés n’est pas aussi favorable à l’État du Bénin, défendu par Jacques Migan, Vincent Tohozin, Nicolin Assogba, l’actuel bâtonnier Yvon Détchénou et Pognon. Au contraire, ce verdict laisse, s’il en est besoin, l’affaire entre l’homme d’affaires et l’Etat à son état initial.

En effet, le tribunal des référés, en se déclarant incompétent, a statué sur la demande de Martin Rodriguez d’être rétabli dans ses droits de propriétaire. C’est une évidence que l’homme d’affaires béninois, défendu par l’avocat Alain Orounla est loin d’avoir gain de cause, certes. Surtout que cette l’affaire est entre lui et l’Etat. Toutefois, les deux parties disposent de 15 jours pour faire appel. Bénin Marina Hôtel retournera-t-il définitivement dans le patrimoine de l’Etat ? Bien malin celui qui pourra répondre à l’affirmative.

 

La télécommande ivoirienne sollicitée !

 

 

Loin du prétoire, le dossier pourrait déboucher sur un compromis. Beaucoup d’observateurs voient déjà l’intermédiation du Président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara. La médiation qui a abouti à la rencontre historique entre le Chef de l’Etat, Patrice Talon et l’homme d’affaires est encore vive dans les mémoires.  Son intervention n’est pas exclue pour amener l’Etat béninois à revoir sa position. Cette compromission peut aussi amener l’Etat à couper la poire en deux. Dans l’une ou l’autre hypothèse, tout dépendra de Martin Rodriguez, mais aussi du Chef de l’Etat.

En effet, l’Etat béninois, depuis 2004, avait confié le complexe hôtelier à l’homme d’affaire Martin Rodriguez. Mais, le 15 février dernier, l’actuel gouvernement lui a retiré l’agrément et a nommé un gestionnaire provisoire du Bénin Marina Hôtel. Motif, Martin Rodriguez n’a pas effectué les travaux arrêtés dans le cahier de charges depuis 2004. Il faut rappeler aussi que Bénin Marina Hôtel, ex-Hôtel Sheraton, n’est pas le seul complexe hôtelier repris par l’Etat, au Conseil des Ministres du 15 février dernier. Il y a également, l’hôtel Croix du Sud, PLM Alédjo, et le Motel d’Abomey.

 

Avec Nord Sud

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.