Bannière
Bannière

Bénin / Unesco : le Complexe W-Arly-Pendjari sur la liste du patrimoine mondial

Bénin / Unesco : le Complexe W-Arly-Pendjari  sur la liste du patrimoine mondial

La nouvelle est tombée ce vendredi 7 juillet 2017  à Cracovie en Pologne ou se réunissait le comité du patrimoine mondial. A cette occasion l’institution a inscrit sur la liste du patrimoine mondial , le Complexe W-Arly-Pendjari (Bénin, Burkina Faso), une extension du Parc national du W du Niger. Expression de l’offensive diplomatique mise en place par la délégation béninoise conduite par le Ministre du Tourisme et de la Culture du Bénin Ange N’koué.

                               

 

La délégation béninoise à cette session du comité du patrimoine n’a pas eu de difficultés à faire passer son dossier. Il faut dire que la présentation préparée et soumise par la délégation a été fortement appréciée. D’ailleurs, les états-parties du Bénin et du Burkina Faso ont reçu le soutien et les félicitations des membres du comité présidé par Jacek Purchla, fondateur et directeur du Centre culturel international de Cracovie. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a accédé au report de la transmission de la carte topographique au 1/50è, principale réserve du dossier à décembre 2019. Le Comité du Patrimoine Mondiale a également émis des recommandations et les états du Bénin, du Burkina Faso et du Niger ont pris l’engagement de les prendre en compte et de « prendre toutes les dispositions utiles pour la sauvegarde durable du bien », explique le ministre de la culture du Bénin, Ange N’koué.«

 

Cette extension transnationale (Bénin, Burkina Faso) du Parc national W, inscrit en 1996 sur la liste du patrimoine mondial, forme une vaste étendue de savane soudano-sahélienne intacte avec des types de végétations tels que les prairies, les brousses arbustives, les savanes boisées ou les forêts ouvertes. Il s’agit du plus vaste continuum d’écosystèmes terrestres, semi-aquatiques et aquatiques de savanes d’Afrique de l’Ouest », renseigne un communiqué du service presse de l’Unesco.

Autre argument mis en avant, le bien sert de refuge à des espèces animales qui ont disparu ou sont très menacées. Il accueille notamment la population d’éléphants la plus grande de l’Afrique de l’Ouest et la plupart des grands mammifères typiques de la région comme le lamantin d’Afrique, le guépard, le lion ou le léopard. Il abrite aussi la population viable de lions de la région.

 

Le plan de valorisation de la Pendjari en marche

 

L’inscription de la Pendjari était un défi pour la partie béninoise qui n’a voulu prendre aucun risque en désignant directement le Ministre en charge du Tourisme et de la Culture pour la conduire. Et il a su se faire entourer pour l’atteinte des objectifs. En effet, on pouvait retrouver dans cette délégation, le Secrétaire Général du Ministère, Le Conseiller Technique eu Tourisme et à l’Hôtellerie, du Directeur du Patrimoine Culturel et de la Délégation du Bénin à l’Unesco à Paris. A eux s’ajoutent des experts du Cenagref, du Parc Pendjari et du Parc W ayant participé au montage du dossier, mais aussi un représentant de African Parks Network, cette structure sélectionnée par gouvernement du nouveau départ pour gérer le parc.

 

En effet, le 16 juin 2017, l’Ong African Park Network a signé un accord pour la gestion du parc national de la Pendjari. Une initiative qui s’inscrit dans le but de « révéler au monde la valeur exceptionnelle de ce patrimoine naturel mais aussi, le rôle qu’il peut jouer dans le développement économique et social ». « C’est pour nous une belle victoire. Nous avions vraiment misé sur cette inscription au patrimoine mondial car cela donne indéniablement une légitimité à notre action et à la promesse du gouvernement de mieux valorisation ce parc. Désormais, nous sommes régis par des règles mais aussi nous bénéficierons d’une visibilité. Notre tourisme devrait en sortir gagnant » prophétise Ange N’koué, le ministre du tourisme et de la culture du Bénin.

 

Située à l’extrême nord-ouest du Bénin et étendu sur les communes de Tanguiéta, Matéri et Kérou dans le département de l’Atacora à la frontière du Burkina Faso, le parc national de la Pendjari est une aire protégée. Il fait partie de la Réserve de biosphère de la Pendjari (RBP), créée en 1986 et qui englobe, outre le parc, des zones de chasse et une zone tampon.

Franck Zingbè

Avec benincultures.com

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.