Bannière
Bannière

Côte d’Ivoire : les 8èmes Jeux de la Francophonie démarrent ce vendredi

Côte d’Ivoire : les 8èmes Jeux de la Francophonie démarrent ce vendredi

La Côte d’Ivoire accueille à partir de vendredi pour 10 jours les 8èmes Jeux de la Francophonie qui devraient réunir plus de 4.000 jeunes artistes et athlètes venant de plus de 70 Etats et gouvernements.

 

 

Mercredi, le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a procédé à l’ouverture officielle du village devant héberger les participants.

Le village des Jeux baptisé “Akwaba”, bienvenue en langue locale Akan, est bâti sur 17 hectares au sein de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) dans le quartier de Marcory.

Le village compte 33 bâtiments de deux étages en préfabriqué pour loger 4.100 athlètes avec terrains et salles d’entraînement, cantine, plage privée sur la lagune et même boîte de nuit.

Pour le gouvernement ivoirien, ces Jeux offrent à la Côte d’Ivoire l’opportunité de se repositionner sur l’échiquier international après plusieurs années de crise militaro-politiques.

“Ces Jeux vont donner l’occasion au pays d’exprimer sa solidarité avec les autres nations, de montrer sa spécificité, en l’occurrence, son hospitalité et donner à la jeunesse ivoirienne la chance d’aller à la rencontre d’autres jeunesses”, explique le ministre en charge des Jeux, Robert Beugré Mambé.

“Pendant 10 jours, ce pays sera la vitrine du monde francophone”, relève-t-il.

 

LES JEUX SOUS TENSION

 

Plus de 4.000 talents culturels et sportifs seront en compétition devant 500.000 spectateurs, plus de 700 journalistes pour la couverture médiatique et plus de 500 millions de téléspectateurs.

Les Jeux combinent compétitions sportives et concours culturels avec au menu l’athlétisme, le handi-athlétisme, le basket-ball féminin, le football masculin, le judo, la lutte libre, la lutte africaine, le tennis de table et le cyclisme.

Les compétitions concernent également les arts de la rue (hip-hop, marionnettes géantes, jonglerie), les arts visuels (peinture, sculpture, installations), la chanson, le conte, la danse de création, la littérature et la photographie, mais aussi la création “numérique” et la création “écologique” pour le développement.

Près de 10.000 militaires, gendarmes et policiers sont mobilisés pour la sécurité des Jeux dans un contexte marqué par des mutineries à répétition dans l’armée, une tension dans la coalition au pouvoir en prélude à l’élection présidentielle de 2020 et les velléités de perturbation des compétitions par des ex-combattants rebelles démobilisés réclamant des primes.

Nuitamment mercredi, des postes de police ont été attaqués par des individus armés encagoulés. Aucune information n’était disponible jeudi sur les mobiles des assaillants et leurs identités, encore moins sur l’ampleur et le bilan de l’attaque.

 

D’IMPORTANTES INFRASTRUCTURES RENOVEES

 

Pour accueillir ces Jeux, la Côte d’Ivoire a dû construire ou rénover des infrastructures de “très grande qualité” qui devraient, selon Robert Beugré Mambé, “susciter des vocations” et faire du pays “un espace de grandes rencontres (colloques, symposiums, conférences, etc)”.

Les sites choisis pour abriter les Jeux du 21 au 30 juillet, le musée des civilisations de Côte d’Ivoire, la bibliothèque nationale, le Palais des sports, le Canal aux bois et les stades Félix Houphouët-Boigny et Robert Champroux ont été entièrement rénovés et présentent un visage plus reluisant.

Le stade Félix Houphouët-Boigny, au Plateau, qui accueille la cérémonie d’ouverture et les compétitions d’athlétisme a subi d’importants travaux de réhabilitation d’un coût de 1,6 milliard de FCFA portant, entre autres, sur le renouvellement de l’écran électronique, la remise en état de la pelouse naturelle, la réfection des installations électriques.

Le stade Robert Champroux de Marcory a vu également sa pelouse synthétique remise à niveau.

A Treichville, le Palais des sports a fait peau neuve avec une nouvelle salle de 2.500 places et sa grande salle polyvalente de 5.000 places modernisée.

Les Jeux sont organisés sous l’égide de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) tous les quatre ans.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.