Bannière
Bannière

Immobilier et technologie: Ali Soumaré propose le casque de réalité virtuelle

Immobilier et technologie: Ali Soumaré propose le casque de réalité virtuelle

Dans les locaux de la pépinière des entreprises à Palente en zone industrielle de Besançon (Est de la France), Ali Soumaré ne se donne pas de répit. Auréolé récemment du prix du meilleur créateur d’entreprise à la 8è édition du Forum de la diversité en région Bourgogne Franche-Comté, le natif de Pontarlier a le triomphe modeste. Il trace patiemment les sillages de sa sucess-story de jeune chef d’entreprise.

 

 

Après un master en management e-achat et une licence en acheteur industriel, c’est un cabinet de maîtrise d’œuvre rompu à la conduite des projets immobiliers, qui lui offre l’opportunité de forger son expérience professionnelle. Quelques années plus tard, Sa volonté d’être son propre patron se concrétise. Sekhem Studio, sa start-up, bénéficie d’un accompagnement institutionnel de la BGE, d’Initiatives Doubs Territoire de Belfort, du cabinet comptable ORCOM et de la Banque populaire. Ali Soumaré entend révolutionner les outils d’aide à la vente dans le secteur de l’immobilier grâce aux casques de réalité virtuelle de dernière génération. Les 45 ans de vie en terre française de ses parents ne lui ont pas fait oublier le continent africain. Ali souhaite vulgariser son outil en Afrique et au Mali, pays de ses origines.Un projet porteur qui coïncide avec un boom de l’immobilier sous les tropiques. Rencontre avec un jeune chef d’entreprise attaché à l’innovation.

Comment avez-vous accueilli personnellement votre trophée de la meilleure création d’entreprise récemment au forum de la diversité en région Bourgogne Franche-Comté ?

C’est toujours une fierté de voir son travail reconnu. C’est une source de motivation, de fierté qui permet de confirmer que le projet est sur une bonne voie.La création d’une entreprise reste une opération délicate; les récompenses donnent le courage de poursuivre.

Que faites-vous concrètement à Sekhem Studio, votre start-up ?

Mon métier, comme je le dis souvent, c’est de donner vie à des projets en cours grâce à la 3D.Je réalise des images de synthèses, des films d’animations, des visionneuses interactives et des visites virtuelles grâce à la réalité virtuelle.Cette dernière technologie offre le sentiment d’immersion le plus complet à ce jour…Dans le cadre de la visite d’un appartement, une fois le casque enfilé, on aura vraiment le sentiment de le visiter, la notion du volume des pièces, du rendu final et surtout la possibilité de visiter chaque recoin de notre futur appartement.Cette technique permet de supprimer les contraintes géographiques.Je peux, par exemple, vous faire visiter depuis Besançon un appartement qui sera construit à Bamako en 2019.

La création de votre entreprise correspond-elle à un besoin réel sur le marché ?

Je réponds vraiment à un besoin de base. La plupart de mes clients vendent des biens qui n’existent pas encore : une maison, un appartement. Ils n’ont pas le choix de la 3D pour le montrer à leurs futurs clients. Jusqu’à maintenant, beaucoup vendaient sur la base de plan en 2D ou d’images de synthèse. Maintenant les clients veulent se projeter dans leur futur appartement, veulent interagir avec leur intérieur, changer le revêtement du sol, changer le revêtement des murs, se projeter comme s’ils étaient chez eux.

Qui sont vos clients et comment avez-vous été accueilli sur le marché ?

Mes clients sont les promoteurs, constructeurs, architectes ; c’est vraiment mon cœur de cible. Vu que je travaillais dans l’univers 3D avant de créer l’entreprise, cela m’a permis d’avoir un pied dedans et d’avoir la confiance de ces acteurs là. Et j’ai la chance de travailler avec de belles entreprises du secteur.Cela me donne une excellente vitrine pour promouvoir cette nouvelle technologie.

 

 

Vous restez très attaché au continent africain; un continent qui connaît un boom immobilier extraordinaire. Avez vous déjà pris attache avec de potentiels clients sur le continent ?

La participation au salon de l’immobilier malien à Paris ainsi que mes derniers voyages au Mali m’ont permis de rencontrer des acteurs influents tels que SIFMA, AFRICA BATIM et SOMAPIM; Les projets menés par ces derniers me confortent dans l’idée que l’Afrique est le continent de l’avenir.L’Afrique de l’ouest représente un des axes prioritaires de développement de mon entreprise.Au-delà de l’aspect développement économique de l’entreprise, il s’agit avant tout d’une volonté personnelle de contribuer à mon niveau à l’essor du continent.Il y a quelque chose qui me tient particulièrement à coeur: c’est le volet formation pour donner la chance aux jeunes talents qu’on a là-bas de participer à l’explosion du numérique.La réalité virtuelle est une technologie très récente, nous en sommes aux prémices, la révolution numérique que nous vivons offre la possibilité, où que l’on soit d’y jouer un rôle.Notre continent compte de nombreux talents et sera un acteur principal, j’en suis sûr, de l’explosion du numérique.Rien n’empêche d’avoir une excellence en Afrique de l’ouest concernant la réalité virtuelle parce que tout est à faire.

Avez-vous le sentiment que votre projet va révolutionner le secteur de l’immobilier ?

La révolution est en marche! La réalité virtuelle est passée du stade de gadget à un réel outil d’aide à la vente. Les nombreux clients qui ont eu la chance d’expérimenter cette technologie sont tous bluffés et ravis de pouvoir enfin disposer d’un d’outil d’aide à la prise de décision répondant à toutes leurs questions. Nous sommes vraiment sur une rupture technologique qui va révolutionner notre quotidien au même titre que l’invention des smartphones par exemple. Les possibilités sont telles que de nombreux autres secteurs d’activités vont pouvoir en bénéficier. Je reçois des demandes dans le monde de l’industrie, de la culture et du médical par exemple.

 

 

Quel appel avez vous à lancer aux opérateurs de la région Bourgogne Franche-Comté, aux opérateurs privés et décideurs africains ?

J’encourage les opérateurs institutionnels à continuer d’accompagner les entrepreneurs dans l’innovation et la création de structures dans le numérique. Le numérique c’est l’avenir. Où que l’on soit, nous pouvons être un acteur de cette révolution mondiale, comme Thierry N’douffou et sa tablette numérique africaine par exemple. J’encourage également tous les Africains, sur le continent et dans la diaspora, à poursuivre les efforts pour le développement du continent. Tous les indicateurs nous montrent que l’Afrique sera le continent de demain. Chacun de nous a un rôle à y jouer et doit contribuer au rayonnement de notre continent.

Votre message aux jeunes qui veulent entreprendre et être leur propre chef

Il faut croire en ses rêves et rester optimiste. Une des rares variables sur laquelle le chef d’entreprise a une influence directe est l’investissement au travail, donner le maximum et ne pas compter ses heures font partie, je pense, des clés de la réussite. La gestion d’une entreprise se révèle souvent compliquée, il faut se battre tous les jours pour avancer, mais la satisfaction de me lever chaque matin pour faire le travail que j’aime et qui me passionne représente pour moi un véritable idéal de vie.

 

Source : AfrikaTV

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.