Bannière
Bannière

Bénin / Politique : Ganiou Soglo parle du président Talon

Bénin / Politique : Ganiou Soglo parle du président Talon

Rentré  d’une mission qui l’a emmené à l’extérieur du pays depuis  deux semaines, l’ancien ministre et frère de l’ex maire de la ville de Cotonou s’est pronnoncé sur les sujets qui concernent ses géniteurs, son grand frère et de la gouvernance Talon dans un entretien.

 

 

Le Grand Angle: Votre frère Léhady Soglo a été auditionné puis révoqué, que pensez-vous de ce qui lui ai arrivé?

Ganiou Soglo: L’homme ne vit pas que de pain, mais aussi de considération. Le président Patrice Talon est comme un frère, nous avons pris et fait cause pour lui dans l’histoire dite d’empoisonnement et aujourd’hui qu’il aille jusque humilier ma famille…Comme tout le monde, nous avons suivi heure par heure l’évolution de ce fameux vendredi noir. Comme un gangster ou comme si on allait chercher Pablo Escobar en son temps, on envoie une escouade boucler le quartier et enlever le maire de notre ville, à quelle fin on ne sait pas. Dans mon esprit de démocrate, j’ai toujours pensé que la force d’un pouvoir était plus manifeste et respectueuse quand elle s’applique avec discernement, dans le respect de la condition humaine et surtout  dans les règles des lois en vigueurs. 
Des actions ont été entreprises devant les différentes juridictions de notre pays, nous sommes encore une jeune démocratie qui éprouve encore ses institutions. Moi, j’y ai confiance et attend les décisions qui y seront prises.  
Eu égard a cette situation, oui une reforme institutionnelle est indispensable. Mais une vraie reforme avec une réelle évolution de notre loi fondamentale qui prendrait en compte la décentralisation (par exemple) dans laquelle les communes devraient prendre la place qui est la leur dans le développement notre pays le Bénin. 
  

Monsieur le ministre, quel jugement aviez vous sur la crise qui secoue La RB ? 

Cette crise n’est pas la première et cela prouve que le parti est encore une belle et grande organisation humaine qui attire encore des convoitises. Je suis républicain et j ai confiance en la justice de notre pays. Il faut faire attention aux amalgames et attendre le délibéré du 21 septembre. J’aviserai à partir de ce moment. Le message à été perçu et les populations aiment ce parti qui leur rappelle que de bons souvenirs mais surtout l’action salvatrice du président SOGLO alors qu’il était aux affaires. 
Il faut tout de même  savoir que la Renaissance du Benin est plus qu’un parti, c est un état d esprit, c est une structure qui a été créée pour permettre l’accompagnement et l épanouissement de nos populations a travers la proposition d’un véritable projet de société à cet effet. La Rb devra se reconstruire, renouveler ses instances,  se rajeunir et se féminiser puis enfin susciter dans le pays le grand rassemblement de démocrates soucieux du vrai développement de notre pays,  afin de  repartir de bien belle façon à la conquête du pouvoir. Et pour cela, nous avons besoin de tout le monde, personne ne sera de trop.  

Quelle opinion vous faites vous de La situation économique actuelle ?  

En son temps le président Yayi Boni a fait un choix économique : doper la croissance par la consommation. Cela a donné les résultats que nous connaissons tous.  
Le pouvoir actuel veut mettre l’accent sur l intervention du privée dans l émergence de notre économie, c est un choix, nous aurons en son temps l occasion de juger le président : le plébisciter pour sa réussite ou le sanctionner pour son échec. Le peuple souverain aura son mot à dire à un moment ou un autre.  

Pour ma part et vous venez de le rappeler , j’étais absent du pays depuis deux semaines, c’est parce que j’ai fait le choix personnel de parcourir les continents à la quête de partenaires économiques pour les inciter à nous accompagner dans l’idée que je me fais du développement de mon pays, qui passe nécessairement par l’agriculture et l’industrie agroalimentaire. Il n’est pas normal, voyez vous, de faire le constat que plus de 90% des produits agroalimentaires consommés dans l’espace de la CEDEAO, soient importés des continents autres que l’Afrique, sans prioriser ce secteur comme sujet de développement des nations africaines et en particulier la nôtre. Je suis également un acteur économique et je veux tout modestement  jouer ma partition pour le bien de mon pays. 

Comment entrevoyez-vous l avenir politique des SOGLO ?  

Moi, j ai fait mes études au Canada et aux états unis et je peux vous dire que les anglo-saxons sont des personnes pragmatiques, ils ne sont pas dans le verbiage, le bavardage, la bravade. C’est pour cela que j’ai  choisi de ne pas être un politicien comme beaucoup chez nous, par contre d’être un homme politique car il y a une grande nuance.  

Il ne fait aucun doute aujourd’hui que les actes politiques posés par ma famille depuis l’avènement de la conférence nationale des forces vives de la nation sont noblement inscrits dans l’histoire de notre pays quoiqu’on en dise et c’est une fierté pour moi d’appartenir à cette famille. Même ceux qui s’opposent à notre famille ont intimement l’honnêteté de reconnaitre la performance qui fut celle de mon père quand il s’était agit de relever notre pays d’une faillite innommable alors. Nous continuerons donc à toujours chercher le bonheur de notre peuple. 
Il faut comprendre qu’il faudra toujours compter avec nous d’une manière ou d’une autre. Mon frère a eu maille à partir avec le pouvoir en place aujourd’hui, c’est politique. Mon père a toujours sa verve légendaire et opinera toujours sur l actualité, ma mère attendra la fin de la législature pour peut être prendre un repos bien mérité – l avenir nous dira. Malheureusement pour ceux qui veulent nous enterrer, nous sommes chez nous au Bénin, qui est un pays un et indivisible. Nous aussi contribuerons à boucher les trous de la jarre du roi Guezo.  

« Je formule le vœu que les uns et les autres dans ce pays prennent le chemin de la raison. L’époque de SALOMON peut être structurante au demeurant, mais nous ne sommes plus obligés de tuer le père pour exister.  Le pouvoir des hommes est éphémère et dois juste permettre de conduire son peuple dans la bonne direction et susciter en ce peuple l’envie de suivre cette voie de l’espoir ».

 

 Le développement harmonieux d’un pays a aussi besoin de l’adhésion de tout le peuple, dans une paix qui fera rayonner la jeunesse de ce pays tout entier.

 

Le Grand Angle avec

Le progrès.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.