Bannière
Bannière

Géant scandale dans le transport aérien africain: Les grandes compagnies aériennes et IATA sont-elles complices du forfait ?

Géant scandale dans le transport aérien africain: Les grandes compagnies aériennes et IATA sont-elles complices du forfait ?

C’est probablement le plus gros scandale financier dans le transport aérien africain ces Vingt dernières années. Au cœur de la nébuleuse, l’agence de voyages AIR ET MER, une société basée à Abidjan en Côte d’Ivoire. Des ventes de billets effectuées à une vitesse pathologiquement accélérée et présentées officiellement comme des transactions à crédit, se sont en réalité déroulées au cash. A l’arrivée, les responsables de l’agence AIR ET MER basée à Abidjan se seraient volatilisés dans la nature avec en poche, la rondelette somme de francs CFA Un milliard deux cent vingt-neuf millions sept cent soixante-dix-sept mille sept cent soixante-quatre (1.229.777.764).

 

Le transport aérien de l’Afrique de l’Ouest et du Centre se trouve dans une zone de turbulence. En effet, les promoteurs de l’Agence de voyages AIR ET MER auraient dilapidé dans l’intervalle de quelques jours, la bagatelle de francs CFA Un milliard deux cent vingt-neuf millions sept cent soixante-dix-sept mille sept cent soixante-quatre (1.229.777.764), soit environ 1 877 523 Euros. L’un des dirigeants de cette agence de voyage, le sieur HOUSSEIN HYJAZI, bras droit de Ismaël CHAABAN qui serait le cerveau du plus grand réseau de gangstérisme aérien de l’heure, a été d’ailleurs appréhendé et détenu à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) depuis le 06 Mars 2017. Ses autres acolytes sont toujours en cavale et activement recherchés par la police nationale ivoirienne. Le mode opératoire de cette agence est simple: les prix des billets ont été à dessein fracassés pour appâter la clientèle. Et cette stratégie a fonctionné puisque telles des mouches, les clients se sont rués vers l’agence de voyages AIR ET MER.

 

Officiellement, les transactions étaient présentées aux compagnies aériennes comme des ventes à crédit mais en réalité, lesdites transactions se sont déroulées au cash. Pour camoufler son forfait, AIR ET MER se serait servi de deux agences-écran situées au Nigéria et au Liban. Chose étonnante, les compagnies aériennes émettrices desdits billets, à savoir Air France,Turkish, Ethiopian et Emirates  représentées par l’Association Internationale des Transports Aériens (IATA), telles une tortue se seraient recroquevillées sous leur carapace. Le silence de ces compagnies aériennes et d’IATA en l’occurrence est à la fois périlleux et fait suspect. Périlleux parce que ce silence compromet dangereusement les chances de recouvrer le montant en cause puisque si aucune suite n’est donnée à la réquisition du juge d’instruction, ce dernier sera hélas obligé de libérer le seul suspect arrêté. Ce silence est également suspect parce que non seulement les compagnies aériennes avec à leur tête IATA, trainent les pas à donner diligemment suite à la réquisition du juge d’instruction tendant à être informé sur l’historique des ventes effectuées par l’agence de voyages AIR ET MER, mais elles n’ont toujours pas intenté une action en justice. Dans nos investigations, nous avons appris que l’agence AIR ET MER serait membre d’un Fonds de garantie dont la mission serait, dans certaines conditions, de suppléer la défaillance de ses membres à honorer ses engagements financiers à l’égard des compagnies aériennes représentées par IATA.

 

En clair, l’agence de voyages AIR ET MER est assurée et donc les compagnies aériennes se disent certainement, nous on est tranquille, quoi qu’il advienne, notre assureur paiera. Mais alors question : en trainant les pas à répondre à la réquisition du juge d’instruction en vue de la manifestation de la vérité et en n’initiant aucune action en justice pour protéger leurs intérêts, les compagnies aériennes et IATA ne donnent-elles l’impression d’être coupables à tout le moins de façon passive de cette escroquerie ? Qu’est-ce qui pourrait justifier ce silence de leur part? Coïncidence pour coïncidence, Monsieur De JUNIAC Alexandre, Directeur Général d’Air France, est l’actuel patron d’IATA. Pourrait-on s’imaginer qu’il ne soit pas au courant de cette forfaiture? Ces compagnies aériennes en l’occurrence IATA veut-elle sacrifier leur renommée au profit d’une bande de faussaires ? La suite de l’affaire nous situera.

 

Franck Zingbè

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.