Bannière
Bannière

Bénin/Rencontre cheminots-Groupe PETROLIN : les cheminots satisfaits des engagements de Samuel DOSSOU-AWORET

Bénin/Rencontre cheminots-Groupe PETROLIN : les cheminots satisfaits des engagements de Samuel DOSSOU-AWORET

La Bourse du travail de Cotonou a accueilli ce vendredi 3 novembre 2017,une importante rencontre qui a réuni la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin et les représentants du Groupe PETROLIN. Cette initiative de la CSA-Bénin visait à apporter la réponse du groupe PETROLIN aux Cheminots suite à la lettre que les travailleurs de cette structure ont adressé aux responsables du Groupe PETROLIN après la décision rendue par la Cour suprême du Bénin le 29 septembre 2017 et qui déboute définitivement le groupe Bolloré de toutes ses prétentions sur la composante ferroviaire du Projet «Epine dorsale».

 

Conforté dans ses prérogatives par la justice béninoise sur le volet rail de son projet Epine Dorsale, le Groupe Petrolin de l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou s’affaire déjà pour la reprise des travaux de réhabilitation-construction du chemin de fer Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey. L’entreprise a exposé quelques éléments de son plan de relance des activités ferroviaires. C’était ce vendredi 03 novembre 2017 lors d’une rencontre d’échanges avec les représentants des cheminots. L’entreprise a d’ailleurs rassuré ces derniers sur la préservation des emplois et de leurs acquis.

Dans une décision rendue le 29 septembre 2017, la Cour suprême du Bénin déboute le Groupe Bolloré et l’Etat béninois dans ce qu’il convient d’appeler l’affaire « Epine Dorsale ». La décision de la haute juridiction rétablit dans ses droits Samuel Dossou-Aworet, patron du Groupe Petrolin. L’homme d’affaires béninois est le concepteur d’ « Epine Dorsale » ; un giga projet d’envergure sous régional composé d’un port en eau profonde minéralier, pétrolier et commercial à Sèmè-Podji, au sud du Bénin, une voie ferroviaire reliant Cotonou (Bénin)à Niamey (Niger), via Parakou et Dosso, des ports secs à Parakou et Dosso, puis un aéroport international à Kraké, localité béninoise située à la frontalière avec le Nigéria. Le Groupe Petrolin est d’ailleurs l’adjudicataire de l’appel d’offres l’appel d’offres bi-étatique (Bénin-Niger) N° 5498/mdcttp-pr/mtac/dc/sg/ocbn du 04 août 2008 relatif à la réhabilitation, la construction et la gestion du réseau ferroviaire Cotonou-Dosso-Niamey. Contre toute attente, en 2014, le Groupe Petrolin s’est vu arracher ce marché par l’Etat béninois au profit du groupe français Bolloré. Le Groupe Petrolin a donc saisi les tribunaux pour réclamer justice. A l’issue d’une longue procédure judiciaire démarrée en 2015, l’entreprise du français et l’Etat béninois ont été déboutés.

 

Entre temps, les Etats béninois et nigérien ont fondé la société Bénirail Infrastructures en remplacement de l’Ocbn dont la procédure de dissolution a été entamée.  Positionné sur ce marché, Bolloré Africa Logistics exploite la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey par le biais de Bénirail. Pourtant, avec la décision de la justice, le Groupe Bolloré doit suspendre tous travaux et plier bagage. Conscient de la situation, les travailleurs cheminots s’inquiètent de leur sort. La Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (Csa) a donc sollicité du Groupe Petrolin, une rencontre d’échanges sur les inquiétudes et préoccupations des cheminots. « Nous voulons jouer notre part social dans ce dossier. La vie des cheminots est difficile. Nous voulons avoir de bonnes réponses du Groupe Petrolin », a indiqué le Secrétaire général de la CSA, Anselme Amoussou à la rencontre Groupe Petrolin-Travailleurs, tenue ce vendredi 03 novembre à la bourse du travail, à Cotonou. 

 

Le présidium lors de la rencontre CSA-Bénin-PETROLIN le vendredi 3 novembre 2017 à la Bourse du travail de Cotonou

Me Cyrille Djikui, avocat-conseil du Groupe Pétrolin et M. Lazare Gnonlonfin, directeur général de Pic International Sa, filiale du Groupe Pétrolin pour le projet « Boucle ferroviaire » ont rassuré les cheminots sur la préservation des emplois existants. « Les emplois seront intégralement sauvegardés. Il y aura aussi une amélioration des conditions des travailleurs », a assuré Me Djikui. Les représentants de Petrolin ont aussi présenté le plan du Groupe pour relancer les activités ferroviaires.  Le Groupe entend réhabiliter et moderniser la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou, compléter le matériel roulant existant, puis procéder à l’extension du réseau ferroviaire de Parakou à Niamey.

 

 

EXTRAIT DU POINT D’INTERVENTION DU GROUPE PETROLIN

 

Les engagements qu’entend prendre le Groupe PETROLIN pour la préservation des emplois et pour l’amélioration des conditions des Travailleurs de l’Ex OCBN

  • L’effectif actuel du personnel de l’OCBN est insuffisant au démarrage du projet, il va falloir procéder à un recrutement complémentaire d’agents. C’est dire donc que le personnel n’a rien à craindre pour le maintien des emplois;
  • Le Groupe PETROLIN entend améliorer les conditions de travail dès qu’il aura pris connaissance de celles-ci en renforçant notamment les capacités des agents (formations, recyclages, etc.) et en déployant un plan moderne de travail ;
  • L’actualisation de la grille salariale du personnel de l’ex OCBN, le déblocage des avancements conformément aux prescriptions de la Convention Collective de l’Organisation ;
  • La résolution des problèmes liés aux pensions de retraite et autres ;
  • Dès le retrait du Groupe Bolloré, le Groupe PETROLIN s’engage à prendre en charge les salaires à partir du mois de retrait. Cette mesure concerne uniquement le personnel de l’Ex OCBN ;

 

Le plan du Groupe PETROLIN pour la reprise des activités ferroviaires

Le Groupe PETROLIN a déjà créé depuis Janvier 2014 la Société d’Exploitation dénommée la Transafricaine des Transports et des Chemins de Fer Bénin Niger (2TCBN) en charge précisément de la conception, de la construction, de la réhabilitation, de la maintenance et de l’exploitation des infrastructures de la ligne du chemin de fer Bénin-Niamey. C’est cette société qui doit reprendre le patrimoine de l’OCBN.

Pour reprendre les activités ferroviaires, le Groupe PETROLIN mettra en œuvre entre autres les actions ci-après:

  • Réhabiliter et moderniser la ligne ferroviaire Cotonou Parakou sur la base de son offre initiale qui prévoit un chemin de fer aux normes standard et des recommandations des études relatives à l’état des lieux du Chemin de fer Cotonou-Parakou ;
  • Compléter le matériel roulant existant et recycler le personnel sur l’utilisation et l’entretien des nouveaux équipements ;
  • Procéder à l’extension du réseau ferroviaire à Partir de Parakou vers la destination finale qui est Niamey ;

Au terme de cette séance, on peut dire sans risque de se tromper que les cheminots étaient repartis convaincus et rassurés.

 

Franck Zingbè

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.