Bannière
Bannière

Christina N’da, la dompteuseuse de livres

Christina N’da, la dompteuseuse de livres

Née à Abidjan, l’histoire romancée de Christina N’da, jeune ivoirienne , débute à sa tendre enfance. À Sept ans,  sa mère passionnée de lecture lui fait découvrir le monde merveilleux du livre. Naît alors entre elle et la lecture, une histoire d’amour qui respire encore aujourd’hui. Elle grandira et vivra entourée de ces paquets de petites griseries que nous livrent avec  ladite « simplicité de leurs âmes », ces maîtres enchanteurs « écrivains » dont,  des mots , des rythmes, des phrases colorées, elle apprit  maintes et une morales qui vont l’édifier et transformer sa vision du monde. Plus tard,  racontera-elle que son premier livre lu,  Bambi  de Félix Stalen lui a fait choisir son chemin .Elle ne pourra plus se détacher de cette passion dévorante qui étreignait son petit cœur et ne peut survivre qu’en lisant.

Arriva le temps des études où elle découvrit l’école et les mathématiques, la physique et la chimie. Elle adorera et devint une  brillante élève dont le parcours secondaire fut soldé par un baccalauréat C scientifique obtenu dans un lycée  d’excellence.

Pourtant cet amour pour ces sciences ne l’éloignera jamais de son premier amour qui, avec le temps s’intensifia et réclamera plus d’attention. C’est ainsi qu’avec des amies aussi amoureuses du livre, elles décidèrent de cristalliser leur passion en se réunissant sous la bannière d’une association: Association EYABA, afin de parcourir le monde avec leur flamme comme don aux autres. Elles purent ensemble collecter des livres pour la bibliothèque de leur commune, offrir une mini-bibliothèque à des enfants d’un centre pour démunis, de même, qu’offrir des moments de lecture à plusieurs enfants à qui elles insufflaient cet univers  « de livres pour la vie » qu’elles construisaient.

N’oublions surtout pas que Christina N’da « la dompteuse de livres » comme elle est appelée dans son pays,  est de celles qui n’arrivent pas à avoir qu’un seul combat. Elle milite au sein de diverses ONG et associations dont Ureport Côte d’ivoire (platerforme d’Unicef pour les jeunes), Yiwô Zone (pour l’éducation des filles en milieu rurale), dans lesquelles elle participe à diverses activités telles que des journées de sensibilisation contre la dégradation de l’environnement, « journée câlin » pour la vulgarisation de l’acceptation des autres, remises de fournitures scolaires et sacs solaires à des enfants vivant dans des villages non électrifiés…

 Sélectionnée par le Centre Régional de Leadership YALI-Dakar,  elle participera à la session hybride 12  dans le programme Civic Leadership où elle a acquis de nouvelles connaissances et compétences qui l’aideront assurément à atteindre ses objectifs.

Christina N'da, la dompteuseuse de livres
Christina N’da, la dompteuseuse de livres

Professionnellement, Christina N’da ,alumni SheIsTheCode, s’orientera vers une autre passion, la communication plus  précisement le marketing digital. Elle deviendra par conviction, Digital project Manager pour l’agence de communication Maraboots sur un projet de formation de femmes au metier de Community Manager. Elle écrit pour diverses strutures et est co-fondatrice de l’agence de Rédaction Orli-com et du Webzine ORLIMAG.  Elle a surtout co-écrit, comme pour témoigner de sa passion secrète pour l’écriture,  un recueil de nouvelles avec son acolyte Kunka Jocelyne  dont le titre est Douleur Pourpre qui, retrace quatre vies dévorées par la douleur et retranscrivent avec sincérité des maux qui sévissent dans nos sociétés.

Aujourd’hui Christina N’da rêve d’une Bibliothèque particulière ,La Bibliothèque Ambulante, qui, permettra à son association de sillonner les routes d’Afrique et de partager l’amour de la lecture avec cette espérance de susciter l’envie d’écrire.

Quand vous la rencontrerai,  tout suite serez-vous subjugués par le sourire rayonnant de cette femme et,  dans ces yeux, lirez-vous une Afrique forte, fière et belle.

Intelligence, vivacité et intègrité sont des qualités qui très tôt sont perçues dans ses manières. Avec elle,  de beaux jours s’annoncent. Dites le-lui et  vous répondra-t’elle sans fioritures que:     « Je me définis comme une humaine, une femme et une africaine. Ma seule conviction, c’est qu’au fond, lettres et chiffres ne sont que des signes. Ce qui est beau, c’est le message qu’ils sous-tendent séparément ou quand on les relie ensemble».

C’était pour vous, Christina N’da, » la dompteuse de livres ».

 

Romaric HOUENOU de DRAVO

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.