Bannière
Bannière

Afrique: l’Egypte, en quête d’influence, prend la tête de l’UA

Afrique: l’Egypte, en quête d’influence, prend la tête de l’UA

L’Egypte va assurer à partir de dimanche la présidence tournante de l’Union africaine (UA) pour 2019, mais ce poids lourd régional poursuivra sa quête d’influence sans chercher nécessairement à renforcer cette institution.

Addis Abeba, la capitale éthiopienne siège de l’UA, accueille les 10 et 11 février la 32e session ordinaire de l’assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement des 55 pays membres. Au-delà des zones de tension sur le continent, les questions institutionnelles, dont le Rwanda de Paul Kagame – prédécesseur de l’Egypte – avait fait une priorité, devraient être au menu des discussions. Parmi elles, l’instauration d’une taxe sur les importations permettant d’assurer l’indépendance financière de l’UA – dont plus de 54% du budget 2019 proviendra de donateurs étrangers – pourrait ne pas passer les réticences des Etats, dont l’Egypte. La réforme de la Commission est encore plus sensible. En novembre 2018, la majorité des Etats a rejeté le projet de donner au chef de l’organe exécutif de l’UA le pouvoir de nommer ses propres adjoints et commissaires. Pour le reste, les Egyptiens « sont pleinement engagés dans les réformes », assure un responsable de l’UA. « C’est devenu un agenda pour les Etats membres. Ce n’est pas un agenda de M. Kagame », estime-t-il, bien que le président rwandais reste le référent en termes de réformes indépendamment de la présidence.

 

Le Grand Angle avec Slate Afrique

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.