Bannière
Bannière

Le Burkina se réjouit de la décision française d’extrader François Compaoré

Le Burkina se réjouit de la décision française d’extrader François Compaoré

Le gouvernement burkinabè s’est réjoui mardi de la décision de la justice française de valider l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso, où ce frère de l’ancien président burkinabè est mis en cause dans l’assassinat d’un journaliste en 1998.

La Cour de cassation, plus haute juridiction judiciaire française, a rejeté le pourvoi du frère cadet de Blaise Compaoré, ex-président chassé par une insurrection populaire en 2014, après 27 ans de pouvoir. Elle a aussi refusé de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité déposée par sa défense contre les textes régissant l’extradition.

Le gouvernement français doit désormais prendre un décret pour rendre effective l’extradition de François Compaoré, soupçonné d’être le commanditaire de l’assassinat de Norbert Zongo, un journaliste d’investigation indépendant très critique vis-à-vis du pouvoir de l’époque, dont la mort avait provoqué une crise politique.
Agé de 64 ans, François Compaoré avait été arrêté à l’aéroport parisien Charles-de-Gaulle en octobre 2017 en exécution d’un mandat d’arrêt émis par les autorités de Ouagadougou.

Le ministre burkinabè de la Justice, René Bagoro, a salué sur la télévision nationale une « victoire d’étape ». « La présence de François Compaoré (au Burkina) est un élément important pour l’avancée du dossier Norbert Zongo », a-t-il estimé.
« Nous sommes sereins, nous restons optimistes en espérant que les autorités françaises vont certainement prendre rapidement ce décret » afin que François Compaore « soit remis à la justice » burkinabè, a déclaré le ministre.

Robert Zongo, frère cadet du journaliste assassiné, s’est également félicité de la décision française.
« Cette décision de la justice française est salutaire ». « François Compaoré aura tout son temps pour faire tous les recours qu’il voudra (…) j’ai la conviction qu’il rentrera au Burkina Faso », a-t-il déclaré à l’AFP. « Le peuple burkinabè aura toujours soif de justice dans l’affaire Norbert Zongo ».

« C’est une étape importante dans le processus (…) de justice pour Norbert Zongo parce que Francois Compaoré est le principal suspect en tant que commanditaire de l’assassinat », a estimé Abdoulaye Diallo, directeur du centre de presse Norbert Zongo.

Le Grand Angle avec Slate Afrique

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.